Une pilule pour relancer le désir féminin?

Posté dans : Non classé | 0

Ce mardi 18 août, l’Agence américaine des médicaments a autorisé la mise sur le marché de l’Addyi, un « Viagra » dédié aux femmes. Si la possibilité d’une action chimique pour relancer le désir chez les femmes à la libido défaillante est reconnue depuis longtemps (les recherches ont pris un nouvel essort dès 1990 lorsqu’il a été observé que la Flibanserin, la molécule d’Addyi, d’abord testée comme antidépresseur, s’est avérée inefficace sur la dépression mais avec comme effet secondaire une hausse significative de la libido!), la pilule proposée aujourd’hui est loin de satisfaire le corps médical qui souligne ses nombreux et potentiellement dangereux effets secondaires.
Ainsi, que ce soit aux Etats-Unis, en France ou encore aux Pays-Bas, de nombreux médecins et praticiens dénoncent une médication inappropriée et demandent à ce que cette question de libido féminine soit traitée avec plus de sérieux et de conséquence, ainsi qu’ avec une meilleure étude comparative avec les produits concurrents (comme par exemple le Lybrido).

En attendant l’élaboration d’une formule moléculaire véritablement satisfaisante du point de vue des effets secondaires indésirables sur le corps des femmes et réellement performante dans ses résultats, ce sont donc vers les thérapies et sexothérapies qu’il convient de se tourner pour relancer efficacement le désir féminin. Ainsi l’hypnose Ericksonienne, par exemple, qui a depuis longtemps fait ses preuves dans le domaine de la libido et qui présente l’avantage non négligeable de n’être pas une substance potentiellement dangereuse devant être assimilée par le corps. Ou bien une sexothérapie qui, elle non plus, ne présente aucun effet secondaire physiologique nocif ou même simplement indésirable…

Lien article France 24

Je suis là pour répondre à toutes vos questions, que ce soit par téléphone ou par mail sur la page contact. Vous pouvez également prendre rendez-vous directement à mon cabinet de sexothérapie à Versailles ou à celui de sexothérapie vers Fontainebleau.